Articles du Blog

Un COTTAVOZ à New-York

Un COTTAVOZ à New-York

Actualités

Un COTTAVOZ très intéressant de mars 1953,un beau format – 73cm x 116cm, en vente le 15 octobre à New-York, Auction Doyle au 175 de la 87em avenue à Manhattan.

Peut-être une vue depuis la plage Masset de Cannes, au fond la pointe du Palm Beach, à gauche le mur massif du palace « Le Majestic ».

C’est une sensation de joie animée, tout en couleur de l’été 1953, une vue de COTTAVOZ en vacances sur la Côte d’Azur, le ciel bleu.
À cette époque, André est marié à Simone, ils vivent ensemble à Sainte-Foy-Lès-Lyon. Lui, vient  régulièrement peindre sur le motif sous la lumière Azuréenne, loin du ciel gris des Lyonnais, loin des toits de zinc et d’ardoise de sa « chambre de bonne » du quartier Montparnasse. Monté à Paris, évadé du réseau des exposants et critiques d’art lyonnais, il prit rapidement un pied-à-terre pour courir les galeries et travailler proche des représentants de la nouvelle école de Paris. Temps des premières lithographies chez Fernand Mourlot.

COTTAVOZ , est un adepte du « train bleu », il rend visite à  son père à Cannes et à ses amis « les Valentins, atelier les Archanges » à Vallauris. Il trouve une logeuse, « la mère Mathio » loue pour une modique somme un appartement rustique au 13 rue Sicard, dans un ancien couvent. COTTAVOZ, installe son atelier dans une pièce rue Sicard, très animée pendant les séjours de travail et de fête à Vallauris. 

C’est l’année de ce tableau puissant en vente le 15 octobre à Manhattan, c’est l’année du prix Fénéon, ex-æquo avec Jacques Fusaro. C’est l’année du premier contrat signé avec la galerie « Art Vivant », avenue Raspail, dirigé par Jacques Zeitoun. La galerie « Art-Vivant » deviendra quelques années plus tard, Galerie Kriegel, 36 avenue Matignon, toujours sous la direction artistique de Jacques Zeitoun mais géré par les associés Kriegel et Sapiro. COTTAVOZ, GARBELL, KIMURA, BERROCAL, ADILON exposerons régulièrement.

Revenons à cette « vue de Cannes », probablement acquise par un collectionneur américain à Paris, galerie « Art-Vivant » en 53, la voici en 2019 de retour sur le marché à New-York, probablement dans le cadre d’une succession. Hormis les couleurs, le motif et le style, à travers l’œuvre, il s’agit de mon père et d’une tranche de vie d’un artiste sur lequel vous pourriez investir.
A Vallauris, le 4 octobre 2019

Florent